dima
  • Traversée

    Commenditaire : Métropole Rouen Normandie - Manifestation : - Lieu : Rouen - Date : 2019 - Crédits photo : Olivier Bedu
    Depuis quelques mois, vous avez pu apercevoir, au centre du Pont Boieldieu à Rouen, une installation hybride, à la jonction entre l’œuvre d’art, le mobilier urbain polyvalent et la forme architecturale : La Traversée. Cet aménagement, réalisé par le collectif pluridisciplinaire Cabanon Vertical, s’inscrit dans une réflexion menée par la Métropole Rouen Normandie, sur la mise en valeur d’une ville marchable et respirable pour toutes et tous : comment donner envie de se déplacer autrement ? Comment rendre un trajet plus confortable, plus agréable, plus ludique ? Comment atténuer les coupures urbaines ? Comment le fait de se déplacer autrement peut-il être bénéfique pour notre santé, notre relation à la ville et ses petits plaisirs du quotidien ? Dans cette optique, le pont Boieldieu, qui a récemment fait l’objet d’un réaménagement de voirie favorable aux piétons et aux cyclistes, constitue une pièce urbaine stratégique, par sa fonction de liaison entre le cœur de la rive droite et celui de la rive gauche. Cette liaison est aujourd’hui difficile pour les passants : la largeur du fleuve, mais aussi (et surtout) la traversée des quais hauts, de part et d’autre de l’ouvrage, constituent des obstacles importants pour la pratique de la marche à pied.   L’installation La Traversée est un jalon dans une stratégie globale de réenchantement de l’espace et de diversification de ses usages. Elle accentue la liaison physique et symbolique entre les deux rives, en rendant cette traversée plus agréable. La surélévation permet de prendre de la hauteur par rapport au niveau de la route et de profiter du paysage de la vallée de la Seine, ses méandres et ses coteaux. Les contreforts rouges, aux formes géométriques variables, invitent à une diversité d’usages, d’appropriations et de postures corporelles, pour un séjour, une pause ou une rêverie. 4 principes sont au fondement du projet : 1. Favoriser l’expérience de la traversée : faire de la traversée une expérience en soi, en jouant sur les hauteurs et les rythmes du déplacement. 2. Rendre possible les micro-séjours et la pause sur un lieu traditionnellement dévolu au passage et à la circulation. 3. Permettre une diversification des usages et des types d’appropriation (discuter, se reposer, jouer, pique-niquer etc.). 4. Profiter du grand paysage de la vallée de la Seine et créer des moments de contemplation.   Il s’agit ici d’une première étape vers une reconquête progressive de l’espace public par les modes dits « actifs » (piétons et cyclistes), ainsi que vers la valorisation des principaux axes de déplacements piétonniers à l’échelle de la Métropole.   Écrit par Stéphane Malek